Pour le bâtiment des années 30, c'est moi qui ai pensé à Bach, à cause de la construction régulière (Colette disait de lui qu'il était "une machine à coudre de génie…"). Mon mari a plongé dans son impressionnante réserve, et nous avons écouté plusieurs morceaux, tous satisfaisants, mais sans coup de foudre. Et sur celui -ci : Ein feste Burg ist unser Gott. (sous la direction de  P. Herreweghe), nous avons dit en même temps : "C'est ÇA !".  J'ai réalisé le diaporama,  puis mon cher et tendre est allé chercher sur Wikipédia quelques renseignements complémentaires sur la source d'inspiration de cette cantate.  "Ein feste Burg ist unser Gott (C'est un rempart que notre Dieu), est le plus connu des cantiques de Martin Luther. Il en a composé les paroles et la musique entre 1527 et 1529. Écrit originairement en allemand, il a été depuis traduit en beaucoup d'autres langues. Ses paroles sont essentiellement une paraphrase du Psaume 46. C'est un des hymnes les plus aimés des traditions luthériennes et protestantes. Il est parfois appelé « L'hymne de bataille de la Réforme protestante » car il a eu pour effet d'augmenter l'adhésion à la cause des Réformateurs du xvie siècle." 
Je reproduis ci-dessous l'émouvant autographe de  Luther :


Lut

Et cet air "quelques siècles plus tard, (…) deviendra également un hymne des premiers mouvements socialistes suédois." Et ça pour ce qui devait être le plus grand centre de théologie catholique d'Europe ? Notre turbulent Saulchoir le mérite bien.
Bach, ou la transfiguration…cela me donne un pincement au coeur; le sentiment de n'avoir pas en 15 ans assez profité de tant de beauté.




Le monastère des années 30.

Saulchoir Etiolles IUFM Monastère dominicain





Retour à Souvenir d'Etiolles

Retour à l'accueil