Le coin des étudiants


Cette page est consacrée aux luttes de nos étudiants qui ont à faire face aux dégradations de leurs conditions de travail — qui sont aussi les nôtres— ainsi qu'à l'incurie d'une politique de mastérisation sans cohérence ni anticipation. Vous pourrez prendre connaissance de leurs initiatives ici; les événements les plus récents seront toujours situés en tête. Les adresses de pétitions en ligne figurent en bas de chaque fenêtre.

Victoire !(ou presque…)
Veuillez trouver ci-après une excellente nouvelle, qui, malgré la nécesaire prudence des syndicats, laisse bien augurer de l'avenir. Vous ne vous êtes pas battus pour rien !
Le ministère vient de publier (le 13 juin 2012) sur son site la modification suivante : 
« La date d'exigibilité du certificat de compétences en langue du niveau B2 européen (CLES2) et du certificat informatique et internet de niveau 2 enseignant (C2i2e) est modifiée. Les lauréats des concours externes doivent en justifier la possession à la date de leur titularisation et non plus à la date de la stagiairisation comme auparavant.
Cette mesure aligne la situation des lauréats des concours externes sur celle des lauréats des concours internes, et leur permet de bénéficier d'une période supplémentaire pour justifier de ces certificats ».

http://www.education.gouv.fr/cid56414/certificat-de-langue-exige-des-laureats-aux-concours.html

http://www.education.gouv.fr/cid55698/certificat-de-langue-exige-deslaureats-aux-concours-a-compter-de-la-session-2012.html#R%C3%A9ponses_aux%20questions%20les%20plus%20couramment%20pos%C3%A9es

Ci dessous le communiqué FSU de ce jour :

Le Ministère de l’Éducation Nationale vient d’annoncer sur son site le report de l'exigence d'une certification en langue vivante (CLES2) et en informatique (C2i2E) à la date de titularisation. Pour la première fois cette année, ces lauréats auraient en effet du justifier à l'entrée en stage de ces deux certifications, à moins de perdre le bénéfice de leurs concours. A plusieurs reprises, les syndicats de la FSU ont interpellé le précédent gouvernement à ce propos. Les universités ne sont en effet pas en mesure de préparer tous les étudiants à ces certifications (absence d'offre de formation dans certains établissements, manque de places, surcoûts...). Les situations sont diverses, mais toutes ont créé de nouvelles difficultés aux candidats engagés dans la préparation de leurs concours.
 
Nous nous félicitons donc de la décision du nouveau gouvernement, dont nous avions attiré l'attention. Elle lève momentanément les inquiétudes de très nombreux candidats, n'étant pas aujourd'hui titulaires de ces certifications, et évitera que de nombreux postes ne soient pas pourvus pour cette raison.
 
Mais ce projet de texte ne règle pas la question et ne fait que reporter le problème à l'année de fonctionnaire stagiaire, sur un temps de travail déjà bien lourd et un temps de formation très insuffisant. La FSU et ses syndicats demandent que ces certifications ne soient pas exigées pour les lauréats des concours 2012
Pour l’avenir, ils rappellent que le CLES et le C2i2e ne doivent être exigés comme preuves supplémentaires de qualifications ni pour être nommé fonctionnaire stagiaire en cas de réussite aux concours de recrutement, ni pour être titularisé. La formation en langue vivante comme en informatique, doit être partie intégrante de la formation initiale des enseignants.





Compte rendu de l'audience du recteur (mercredi 4 avril ).
Le compte rendu a été rédigé par Mickaël Lebreton, étudiant en M1 à l'IUFM d'Etiolles, représentant des étudiants élu au Conseil d'Ecole.
Ou en est-on avec le C2i2e ?

Après le GT (Groupe de Travail) du 2 avril à l'Université de Cergy-Pontoise et après l'audience avec le recteur de l'Académie de Versailles, M. Boissinot, du 4 avril, le C2i2e n'en a pas fini de vous consumer !

Alors que l'UCP nous présente avec fierté ses logiciels qui détectent les similitudes et les fraudes lors du GT, celle-ci a continué de s'acharner contre les intérêts des étudiants en présence de M. Boissinot.
En effet, Mme Riera, responsable du projet pédagogique du C2i2e, est venu à l'audience au rectorat pour défendre les modalités de sa certification sans hésiter à tacler notre argumentation.
Nous avions pourtant réglé nos contentieux  à plusieurs reprises sur le site de Cergy (6 mars et 2 avril), et nous avions réussi à faire la part des choses entre les responsabilités de l'UCP et celles du ministère de l’Éducation Nationale.
Si encore l'UCP avait envoyé un émissaire pour conforter les intérêts des étudiants et soutenir notre demande de moratoire comme je leur avais demandé ! Mais non...Nous étions allés dénoncer au rectorat la responsabilité du ministère afin d'obtenir ce moratoire. Mme Riera n'a été présente que pour nous mettre des bâtons dans les roues et défendre des intérêts que nous n'attaquions pas.

En bref, le moratoire, qui se traduit par la non-obligation d'obtenir le C2i2e pour devenir enseignant, ne peut-être accordé que par les ministres de l’Éducation Nationale  et de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche. M. Boissinot, le recteur, qui nous a reçu avec amabilité comme d'habitude et qui a, semble t-il, compris l'urgence de la demande, soutient notre démarche et affirme avoir transmis notre revendication le 26 mars.

Nous avons demandé que ce moratoire soit maintenu tant que les modalités de certification ne nous sembleront pas satisfaisantes et qu'il était urgent de permettre aux étudiants de se concentrer sur leurs véritables objectifs.
Il s'agit aujourd'hui de ne pas lâcher la lutte, de continuer à diffuser le moratoire et la pétition sur internet, d'appeler tous les jours le rectorat pour demander des comptes ou encore de dénoncer médiatiquement l'ignorance du ministère face à notre demande de moratoire dont tout le monde approuve la légitimité.

En attendant, évitez de passer trop de temps avec ce C2i2e, je vous rappelle qu'une 3ème vague de rattrapage sera mise en place gratuitement au mois de juillet.


Relevé de conclusions de la réunion du groupe de travail C2i2e du 2 avril 2012
Représentants des masters FST, Maths, Lettres, SVT, Histoire :  S.Ginouilhac, M.Lemaire, L.Jeannin, A.Jaillet, F.Martin, B.Riéra, D.Desponds, étudiants M.Lebreton, Nathalie Riedinger M2 (EEME), A.Duprat

1) Suite de la réunion du 6 mars :
Audience chez M. le recteur le 4 avril. Les participants se mettent d’accord pour qu’une relecture commune d’un compte rendu soit faite afin que ce CR accepté par tous soit la version diffusée auprès des enseignants et des étudiants.
Un échange s’ensuit sur les enjeux du moratoire demandé par les étudiants et soutenu par l’UCP. Il est précisé qu’une dispense de certification n’est pas envisageable.
La certification pour les M1 cette année universitaire semble prématurée du fait de leur manque de préparation. Les étudiants regrettent la surcharge de travail induite par la certification dans un délai contraint et rendant difficile l’accumulation des tâches (examens, préparation de l’oral du concours, C2i2e)

2) Bilan d’étape de la vague 1 :
Les conditions de la certification développées dans le guide de l’étudiant (en ligne sur la plateforme de certification) sont rappelées au groupe de travail, sur la base du document de synthèse envoyé au groupe en amont de cette réunion.
423 étudiants ont déposé leur production, 27 n’ont pas rendu de document. Le logiciel de détection de similitudes a été appliqué pour des taux de similitudes supérieurs à 30% cumulées avec une ou plusieurs copies. 57 copies (soit 13%) ont fait l’objet d’un envoi de courrier en lettre recommandée pour signaler un problème aux étudiants concernés qui ont eu à adresser un dossier des preuves de leur travail à la coordonnatrice de la plateforme ou au chef de projet C2i2e ; ils reçoivent par retour un accusé réception de ces pièces qui seront communiquées au jury de certification. 92% des étudiants concernés ont envoyé ce dossier.

28 cas de similitudes avérées sont détectés : 1 seul cas de similitudes par groupe de 4 étudiants où le travail collaboratif est l’origine des similitudes ; du travail collaboratif entre étudiants d’un même site ou d’un même niveau de formation ; enfin 3 typologies de similitudes sont établies ici :
des cas de 100% qui attestent le caractère de fraude ;
du travail à plusieurs au sein d’un même groupe
des échanges de parties de productions sur forum.
Sur 423 dépôts, il y a 5 à 6 cas litigieux qui concernent une quinzaine d’étudiants ; 10 copies à plus de 50% de taux de similitudes ; 24 copies entre 25 et 50% et 11 copies se retrouvent à plusieurs endroits.
Il s’agit de rester ferme sur la procédure décidée en lien avec le service juridique : transmission du dossier de preuves au jury de certification qui certifie ou pas puis envoi à la commission disciplinaire. Les étudiants dont les dossiers ne seront pas transmis à la commission disciplinaire recevront un courrier avant mai de la part du président du jury qui les en informera. Dans tous les cas, l’étudiant poursuit son travail de validation des compétences du domaine B.
Le CEVU s’est prononcé contre le contrôle systématique via les logiciels anti-plagiat mais en faveur d’une utilisation pédagogique de ces logiciels. Dans l’application faite sur les dépôts de documents (C2i2e), seule la fonction de détection de similitudes des logiciels a été développée dans le but de protéger les étudiants dont le travail aurait été copié à leur insu.
Les lettres recommandées envoyées sont perçues par les étudiants comme des brimades illégitimes. Les étudiants doivent prouver leur bonne foi à la veille de leur prise de fonction en tant qu’enseignant.

La demande d’allègement du travail formulée par les étudiants a été prise en compte par la validation des compétences B1 et B4 par l’utilisation de la plateforme (B1) et l’évaluation par les pairs (B4). Malgré ces allègements, le travail de certification reste perçu par les étudiants comme bien trop lourd dans un calendrier bien trop chargé.

Les enseignants des composantes de l’UCP sont fortement sollicités pour élaborer de nouvelles situation-problèmes qui se rapprochent des modalités de formation en master d’enseignement.
Le groupe de travail se réunira le 21 mai à 14h en salle des conseils.


Un petit article syndical pour  redonner le moral aux étudiants ! Et n'oubliez pas de signer la pétition en bas de l'article.
C212e
http://www.moratoireclesc2i.org/



Compte rendu de l'entrevue du 23 mars 2012
Le compte rendu a été rédigé par Marie France Winghardt (SNUipp-FSU)
COMPTE-RENDU  AUDIENCE DASEN 91
                   

Présents : DASEN (C.WASSEMBERG), Mickaël Lebreton (reprst étudiants, MFWinghardt(SNUipp-FSU) , Anaïs (M2 )

1. 7h40 : Présentation
Poussée de violence de CWassemberg  contre Mickaël  parce qu'ils'était adjoint Anaïs, une M2 non-prévue dans l'audience  . Il s'est calmé après mon intervention et l'a finalement acceptée dans son bureau .

2. Arguments développés par Mickaël, Marie-France, Anaïs :
             - Audience Recteur de novembre  : promesses tenues pour le CLES 2 et non pour le C2i2e; chancelier des universités, il peut infléchir et appuyer pour certaines décisions sur les universités.

                 -Rappel du moratoire demandé par la FSU
Obtenu à l'UCP : 3ème vague de certification  en juillet

                             -  Les leurres successifs
 Information tardive en Février-Mars
                   Leurre / formation  : pas de formation prévue
                  Leurre / certification : information , tuteurs pas très au courant, évaluations sujettes à
                               caution
                  Leurre / audience du Recteur qui la renvoie à C.Wassemberg

                              -La crainte des étudiants admissibles et possiblement admis de ne pas être stagiairisés / obligation ministérielle


                              - Les inégalités de traitement entre étudiants futurs enseignants

         / Mère de familles (plate-forme à 21H )
         / Étudiants salariés
         / Charges de l'année de M2

                            - Maintien de la demande d'audience chez le  recteur 
Mickaël  a  réinsisté sur le moratoire  et avec MFrance la nécessité d'une réponse. 

3. Paroles du  DASEN (CW) :
-volonté d'écoute du Recteur   (ex CLES2)
- il  comprend la situation des étudiants
- il rendra compte  au   recteur  dans la journée  et nous redonnera une réponse


                           


Rendez vous annulé par le recteur.
Le compte rendu a été rédigé par Mickaël Lebreton, étudiant en M1 à l'IUFM d'Etiolles, représentant des étudiants élu au Conseil d'Ecole.
Je vous transfère un mail de la Chef du Cabinet au rectorat qui explique :
- qu'elle m'a appelé aujourd'hui.
- que le recteur annule l'audience prévue le mercredi 28 mars à 9h.
- que le recteur a une réunion malheureusement plus urgente le même jour.
- qu'il est possible de reporter l'audience le 11 avril.
- qu'avec l'aide de Marie-France Winghardt, nous avons presque réussi à négocier une nouvelle audience dans un calendrier plus avancé.
- (expliquant tous les problèmes, l'urgence, blablabla et le pourquoi de notre "désillusion")
- que Mme Doisneau m'a rappelé avec un dialogue malheureusement bien confus.
- que M. Wassemberg ("statut négatif par rapport au recteur") pourrait nous recevoir dans de plus brefs délais.
- que ça pourrait être dans l'Essonne, ce qui "m'arrangerait" (selon ses termes).
- qu'il faut en revanche prendre contact avec lui (Mme Doisneau ne m'avait d'ailleurs pas présenté cela de cette façon).
- et qu'elle m'écrit un mail pour me faire part de leur requête...(sic)

Je propose qu'on prenne rapidement contact avec M. Wassemberg et qu'on puisse le voir avant la fin de la semaine. Demain serait le mieux.
J'imagine également déjà une dénonciation médiatique de ce rejet institutionnel dans un domaine tel que la formation des enseignants.
Je propose également d'obtenir malgré tout cette audience avec le recteur. Essayons tout de même de l'obtenir dans de plus brefs délais que ce 11 avril (à 18h !).
Vos réponses, témoignages sont les bienvenues. Je trouve évidemment ce changement de planning aberrant et j'en appelle à vos soutiens.
Je propose enfin un re-listing des personnes qui se présenteraient lors de ces réunions (5 personnes max selon les consignes du rectorat mais nous pourrions certainement demander plus..).
Pour ma part, je suis disponible sous condition. Un rdv avec M. Wassemberg un midi vers 11h30 ou un jeudi peu après 16h30 me satisferait pleinement.

Conclusion : l'audience du 28 mars est supprimée..(sic)



Compte-rendu de l'audience du 6 mars sur la certification C2i2e mise en place par l'UCP.
Le compte rendu a été rédigé par Mickaël Lebreton, étudiant en M1 à l'IUFM d'Etiolles, représentant des étudiants élu au Conseil d'Ecole.
La réunion a débuté à 14h30 par une présentation des personnes présentes :
M. Lebreton, représentant des étudiants élu au Conseil d'Ecole,
M. Reynes, représentant des étudiants M2 du site de l'UCP et des étudiants préparant le CAPES passant le C2i2e,
M. Grasset, représentant des étudiants M2 du site de Gennevilliers...,
Mlle Cazanobe, représentante des étudiants M2 du site d'Etiolles...
Mme Winghardt, représentante FSU-SNUipp 91,
M. Pomerat, représentant FSU-SNUipp 95,
Mathieu Lavis,  représentant FSU-SNUipp 95.

Nous avons été reçu par :

M. Chevalier, directeur des IUFM régis par l'UCP
M. Desponds,  M. Desponds, VP-Cevu de l'Université de Cergy-Pontoise
Mme Riera, responsable formatrice et directrice de l'IUFM de Saint-Germain-en-Laye
M. Perrol, directeur adjoint IUFM

                                  La première intervention était celle de M. Desponds qui voulait tout d'abord nous expliquer les contraintes et difficultés que subissait l'UCP.
En effet, cette certification est demandée aux futurs enseignants sur ordre du ministère. Le dispositif et les modalités de certification ont été décidés en revanche par l'UCP, un groupe de travail d'impulsion (intitulé GTI), et ses responsables de formation qui ont fait tout leur possible pour répondre aux exigences du ministère tout en proposant le dispositif à tous les étudiants inscrits à l'UCP. M. Desponds a alors expliqué que cela représentait un millier d'étudiants. Mme Riera a ajouté peu après que ce nombre astronomique d’étudiants à certifier avait posé des problèmes de serveur informatique et expliquait la nature et les modalités de la première épreuve de la certification (SP0 et SPA).
Le ministère a validé ces modalités de certification en mars 2011, ce qui explique pourquoi les étudiants n'ont reçu les consignes de validation que fin février 2012 (il fallait mettre en marche les plateformes, les serveurs, trouver les tuteurs....). Mme Riera, M. Perrol, M. Desponds ont tous trois ajouté dans la suite de l'audience qu'ils estimaient avoir lancé cette certification au moment relativement le moins catastrophique malgré les soucis techniques auxquels ils avaient dû faire face (!).
M. Desponds a expliqué  qu'il voyait en cette séance l'occasion d'une part de recueillir les doléances des étudiants, et d'autre part de prendre des décisions, ou du moins de faire des propositions.
M. Chevalier a conclu cette entrée en matière en expliquant que c'était d'ailleurs une chance que l'UCP propose cette certification sachant qu'elle lui coûtait très cher : 400 € par étudiant et que l'UCP l'offrait généreusement à ses étudiants. Les étudiants ainsi gâtés apprécieront…

                              La parole nous a ensuite été donnée et s'en est suivi un échange intense de 2 bonnes heures.
Nous avons en effet expliqué dans un premier temps le problème de calendrier que posait cette certification, à la veille des partiels, des rendus de mémoire, des stages des étudiants PLC ou encore des oraux des différents concours.
Ces problèmes semblent avoir été perçus et compris par ces différents responsables. Il a donc été décidé qu'une 3ème vague de rattrapage sera mise en place gratuitement (certainement en juillet) pour les étudiants M2 admissibles qui n'auraient pas réussi à valider leur C2i2e lors de cette 1ère vague. Tous les modules préalablement validés ne seront pas redemandés.
Nous avons rappelé la promesse du recteur qui avait appuyé notre requête pour que les modalités (et les consignes) de la certification soient données avant le mois de janvier.
Outre le fait que les dates d'inscription aux 2 vagues de certification C2i2e ont été données au mois de décembre, Mme Riera a expliqué que le recteur ne pouvait de toute manière rien faire pour accélérer les choses (n'y a t-il donc aucun responsable qui serve à quelque chose dans cette académie ? Le recteur nous avait pourtant aidé pour la suppression du CLES 2..)

                                Nous avons ensuite évoqué, selon vos témoignages et nos ressentis, le contenu désastreux de la certification. Nous avons demandé des explications sur la raison de consignes si lourdes et si floues. Nous avons même poussé l'audace jusqu'à évoquer le caractère problématique du réinvestissement de ce qu'on nous demande…dans une classe ! Nous avons également demandé  à savoir qui sont ces tuteurs que vous avez souvent jugés incompétents.
                                Les réponses ont été très claires; M. Chevalier a expliqué qu'il menait une politique globale de pédagogie coopérative, et  souhaitait donc la même procédure pour ce C2i2e. Les étudiants (plus compétents, semblerait-il, que leurs enseignants en informatique!) ne doivent pas compter sur leur tuteur pour obtenir des réponses…;  ces réponses doivent s'obtenir par un travail en coopération, notamment sur les forums. Les tuteurs, dont 25 sont spécialisés en informatique et 15 autres sont des formateurs, ne sont là que pour recadrer des étudiants vraiment perdus.
                                En ce qui concerne le contenu exhaustif du premier module de certification appelé « SPA », Mme Riera s'est clairement positionnée pour mettre en place une « SPB » beaucoup moins lourde et beaucoup moins contraignante dans ces périodes intenses de révision ou autres préparations.

                               M. Chevalier et Mme Riera ont concédé la pertinence de nos remarques quant à l'absence de formation. L'UCP n'est pas un "moniteur d’auto-école" mais un "examinateur délivrant le permis"… Ce sera ma seule remarque subjective : espérons que cette comparaison ne concerne que le C2i2e...
 
                              Nous avons également demandé une modification des modalités de la certification (face à cette absence de formation et à tous ces problèmes que vous nous avez fait remonter), Mme Riera s'est quelque peu braqué et a signifié que "jamais" on ne reviendrait sur cette forme de certification; les modalités ont mis trop de temps à être conçues pour qu'on décide aujourd'hui de les modifier.
Elle assure en revanche qu'elle fait tout pour spécialiser la certification selon chaque filière, au plus près des besoins et des intérêts des étudiants futurs enseignants (ou CPE).
Sur la demande de suppression du C2i2e (qui a malgré tout été faite), M. Chevalier a répondu qu'il ne pensait pas que ce soit possible et M. Desponds a ajouté qu'ils n'étaient de toute manière pas décisionnaires.
Sur la demande du report de la certification pendant l'année de stage (qui était la principale requête de cette audience), M. Desponds a répondu qu'ils n'étaient pas décisionnaires…
Sur la demande de gratuité pour toute inscription ou réinscription, M. Chevalier et M. Desponds ont clairement signifié qu'ils nous offraient déjà généreusement une première inscription et que si les étudiants n'étaient pas satisfait, ils pouvaient aller dans d'autres universités…
Sur notre remarque concernant l'égalité territoriale non respectée (en effet, la certification diffère de tout à rien entre les différentes académies de France), M. Desponds a répondu qu'il essayait à son niveau de permettre une formation d'égale qualité entre les différentes académies et qu'en aucun cas, il ne se plaçait  sur le terrain de la concurrence entre universités. Mme Riera a quant à elle donné le (seul !) contre-exemple de l'académie de Créteil qui ne permettait qu'à une poignée de ses étudiants d'être certifiée. Nous aimerions des précisions…

                               Enfin, tous ont insisté sur le fait qu'ils n'étaient pas décisionnaires et que ces requêtes devaient être adressées plus haut.
Nous venons pour cela de recevoir une réponse du recteur, M. Boissinot, quant à notre demande d'audience. Celle-ci aura lieu le
28 mars à 9h.

En revanche, des groupes de travaux (GT) se réunissent de temps en temps pour prendre des décisions internes à l'UCP. M. Desponds invite les étudiants de toutes filières à participer à de telles réunions comme la prochaine qui aura lieu le 2 avril. La question du C2i2e sera entre autres reposée mais pas uniquement. Je vous invite vivement à participer à cette réunion — en prévenant de votre présence auparavant malgré tout.

Pour conclure, ce qu'a pu évoquer Mme Riera (même si M. Perrol n'a pas voulu le reconnaître)… celle-ci ne pense pas que beaucoup d'étudiants ne seront pas certifiés (comment est-elle déjà au courant ? Cette remarque semble prouver que l'UCP est capable de brader les formations des enseignants).

Chers M2 admissibles, je vous invite donc à vous concentrer sur vos réels et importants objectifs. Rendez vos dossiers dans les temps impartis, "c'est dans l'intérêt de tous", comme dirait Mme. Riera, mais ne vous inquiétez pas quant aux contenus; s'ils ne sont pas suffisants, une session de rattrapage gratuite aura lieu (en juillet selon estimation) pour les modules défaillants.

L'audience s'est terminée (en gros) comme se termine ce compte-rendu : M. Chevalier nous a suggéré que la certification devrait de toute manière très certainement être repoussée pendant l'année de stage, mais que ce n'était pas à cette réunion que cela se décidait...ce que nous espérons obtenir lors de la réunion avec le recteur.

Bon courage à tous !
La lutte pour une véritable formation des enseignants continue...aussi grâce à vous !


Une étudiante de M2 nous raconte son parcours du combattant pour l'obtention du C2i2e
"Nous avons reçu un mail pour nous inscrire au c2i2e le 12/01/2012 (donc pendant notre stage...) pour fournir les premières informations nous concernant (nom, prénom et numéro étudiant) à renvoyer dans les 24h qui suivaient la demande !
Donc panique à bord pour nous tous. Nous nous sommes passés le message pour que personne ne loupe ce moment. Mais pendant le stage, ce n'était pas évident...
D'autres procédures d'inscription ont eu lieu le 20/01 et la confirmation d'inscription nous a été transmise le 23.
Le 6/02, la plate forme sur laquelle nous travaillons était ouverte.
Le 9/02, les travaux ont commencé avec une première situation problème (appelée SP0) dans laquelle on nous demandait de retrouver des pièces de puzzle mises un peu partout sur la plate forme et de reconstituer le puzzle. Nous devions le rendre autour du 13/02.
Pour la situation problème actuelle (SPA), nous en avons pris connaissance autour du 15/02. Les activités qui la composent sont à rendre pour le 9 mars au plus tard.
Tout ceci est sans compter les nombreux problèmes de connexion à la plate forme.
Nous avons également des RDV avec nos tuteurs sur des chats à des heures de cours à l'IUFM. Ces RDV sont très mal organisés et nous n'avons pas (ou très peu) de réponses à nos questions. Tout le monde pose des questions en même temps, mais on ne sait pas à qui est destiné la réponse.
J'en suis actuellement à ma 3ème réunion. Trois réunions pour avoir bien peu de renseignements !! Mon tuteur répond certes à nos mails mais 9 fois sur 10 complètement à côté de ce que l'on demande.
Les questions que nous posons sur les chats des réunions sont formulées clairement (ex : quelle est la différence entre telle colonne du tableau réponse et telle colonne ?). Voici la réponse que nous obtenons "Je ne comprends pas votre question. Reformulez là"
Ceci a tendance à nous énerver quand nous l'entendons 6 ou 7 fois par réunion... J'ai pour ma part plus souvent l'impression d'être prise pour une imbécile ou de déranger avec mes questions.
Ex : Lors de la réunion d'hier, j'ai posé une question à laquelle je n'ai pas eu de réponse. Mon tuteur me parlait certes mais répondait à côté de la question. J'ai donc reposé ma question aujourd'hui car nous étions plusieurs étudiants à nous la poser et voici la réponse :
"Donc non vous avez posez cette question 10 fois, j'y répondut hier, j'y ai répondut aujourd'hui maintenant c'est finit" (sic!)
Toujours très agréable lorsqu'on ne comprend pas le travail à faire.
Les réunions sont également à des heures peu pratiques ! Nous sommes soit en cours, soit au travail pour la plupart d'entre nous. Les personnes s'occupant du c2i nous ont demandé de renseigner nos disponibilités sur nos profils au préalable. Visiblement, ils n'en tiennent pas compte...
La plate forme est certes esthétique mais ses qualités s'arrêtent là !
Elle est très peu pratique pour plusieurs raisons :
- les mails envoyés apparaissent dans plusieurs boites mails sans que nous le comprenions.
- les chats pour les réunions ne permettent pas de voir qui est en train d'écrire ce qui engendre des quiproquos car tout le monde se coupe la parole. On ne sait donc pas à qui le tuteur répond.
Nous avons également un document réponse.  Mon tuteur n'était pas au courant de son existence et nous a dit la chose suivante : "Vous n'avez pas à le suivre aveuglément".
Alors qu'on nous a demandé de le suivre…

…sans commentaires !

Pétition contre les modalités de la certification C2i2e à l'Université de Cergy-Pontoise.
Nous avons pris connaissance il y a quelques jours du contenu de la certification C2i2e. Cette dernière vise à attester les compétences professionnelles communes et nécessaires à tous les enseignants pour l’exercice de leur métier dans ses dimensions pédagogique, éducative et citoyenne. Mais les étudiants actuellement en M2 dépendant de l'université de Cergy-Pontoise, préparant le CRPE (professorat des écoles) ou le CAPES (enseignement du second degré) protestent énergiquement contre les nouvelles modalités de la certification du C2i2e connues à 4 mois seulement des épreuves finales du concours.
    La certification C2i2e est obligatoire pour devenir fonctionnaire depuis plusieurs années. Pourquoi n’avons-nous pas été informés plus tôt dans l’année de ce travail pour nous laisser le temps de la préparation ? Pourquoi les modalités de certification imposées à présent sont-elles identiques, quels que soient les niveaux d’intervention des futurs enseignants et les disciplines qu’ils auront à enseigner ?  
Pourquoi les enseignants responsables des masters concernés n'ont-ils pas été informés de ces modalités ?

    Le 9 novembre pourtant, lors d'une audience qu'il nous avait accordée, M. Boissinot, recteur de l'Académie de Versailles, nous avait affirmé qu'il interviendrait auprès du ministère pour que les conditions de passage du C2i2e soient spécifiées rapidement, prévoyant la situation difficile dans laquelle nous nous retrouvons finalement aujourd'hui. Nous espérons qu'il comprend toujours cette situation et agira comme il s'y était engagé.

    A cette période de l’année, nous devons terminer toute une série d’exercices nécessaires à la validation du Master. De plus, durant cette période, nous devons effectuer des stages d’enseignement en responsabilité tout en préparant les oraux du concours. La lourdeur des modalités actuelles de la certification risque de nuire tant à la qualité des stages en responsabilité qu’à la réussite aux oraux de nos concours. Qui plus est, les problèmes de connexions à l'université de Cergy-Pontoise sont insupportables.
Les modalités de la certification étant différentes selon les académies comme à l’intérieur même de l’académie de Versailles (Paris-Ouest-Nanterre-La Défense et UVSQ ont obtenu des habilitations ministérielles qui respectent le référentiel national et les impératifs pédagogiques spécifiques), nous protestons contre la rupture d’égalité territoriale, fondement du pacte républicain en France.
Ce dysfonctionnement, qui succède à de nombreux autres, ne contribue pas à améliorer l'image d'une formation des enseignants qui est à l'heure actuelle l'objet d'une critique unanime.


Aidez nous !

Signez ici notre pétition en ligne.

(Vous pouvez aussi télécharger ici la version papier)


Le 24 novembre a lieu à St Germain une élection qui désigne les représentants des usagers, dont les étudiants. Cela impliquera 2 , 3,  au plus 4 réunions dans l'année.
Dans l'Essonne, je suis tout seul à me présenter.
Je trouve tout d'abord dommage d'être seul à représenter chacun et chacune d'entre vous. Imaginons que mon avis diffère du vôtre, vos idées seraient bien moins représentées en Conseil.
Ensuite, je vous invite vivement à participer aux réunions où se décident la vie quotidienne des étudiants. Et donc de leur faire de la publicité si vous n'avez pas le temps, ou l'envie de participer autrement.

Voilà, c'est tout !

Mickael.




Des nouvelles fraîches du C2I2E sur le site del'université de l'UCP.

-L'Université de Cergy-Pontoise (UCP) est centre de certification pour le C2i2e.
- Deux campagnes sont organisées. La première, de janvier 2012 à avril 2012, la seconde, de avril 2012 à juillet 2012. Il n'est pas possible de s'inscrire sur deux campagnes en cas d'échec à la première.
- Date de démarrage des procédures d'inscription: 05.01.2012
- La première vague est réservée aux étudiants de l'Université de Cergy-Pontoise (UCP) admissibles aux concours d'enseignement cette année (premier et second degrés

http://c2i2e.u-cergy.fr/
                                                                                                     Chers étudiants,


Grâce à notre mobilisation, nous avons réussi à obtenir un rendez-vous avec le recteur de l'Académie de Versailles, M. Boissinot, le mercredi 09 novembre.
Avec l'aide des syndicats, nous avons pu aborder plusieurs sujets :

- Nous avons parlé des problèmes des étudiants en alternance qui ne sont toujours pas payés dans tous les départements et dont le statut de stagiaire a été modifié en  celui de vacataire. Nous lui avons expliqué que cela était intolérable. Le recteur a répondu peu favorablement à cette requête, sans s'excuser du tort fait aux stagiaires à qui on avait fourni une information erronée,  en expliquant qu'elles auraient un salaire annuel d'une certaine somme comme spécifié dans leur contrat, et que rien ne serait modifié à leur égard. Il comprenait en revanche les difficultés que pouvaient rencontrer certains étudiants en alternance à ne pas être payés les premiers mois et les invitait à écrire à leur inspecteur départemental pour réclamer leur dû (ce qu'ont fait les étudiantes d'Etiolles, qui ont obtenu satisfaction).
Il nous a cependant promis de payer tous les étudiants en alternance de l'académie de façon mensuelle et cela à partir de décembre.
J'invite donc les étudiantes en alternance qui n'ont pas été payées à réclamer leur dû, et cela avant décembre, car elles obtiendront satisfaction !

- Ensuite nous avons demandé la suppression du CLES 2 et du C2i 2e en insistant sur le fait qu'aucun moyen était mis en oeuvre pour les obtenir. Si le CLES 2 est supprimé cette année grâce à notre intervention  (je vous invite à lire ci-dessous le rapport de la FSU à ce sujet ), je conseille cependant vivement aux M1 de ne rien lâcher en langue, car j'imagine très bien qu'il relanceront un décret l'année prochaine. J'ai toutefois demandé au recteur de repousser cette certification à dans 4 ans.
Concernant le C2i 2e, nous attendons encore une réponse. Mais chacun sait très bien que plus les programmes tarderont à arriver, plus il y aura de chance qu'il soit également abandonné cette année.

- Nous avons également demandé que les non-admissibles M2 puissent obtenir une place en stage avec la rémunération qui l'accompagnera évidemment. Le recteur a approuvé cette idée et expliqué, que même si cela était également sous la responsabilité des universités, il ferait son possible pour appuyer  cette requête.

- Nous avons également rappelé qu'il était impératif que nous ayons un site de formation dans tous les départements notamment dans l'Essonne, et que les accords avec le président de l'Université d'Evry n'ont toujours pas été signés.
Je vous invite à vous mobiliser très prochainement contre la fermeture du site d'Etiolles, ou que s'il y a fermeture, les étudiants, les enseignants et tous le personnel travaillant sur le site ait un avenir cohérent et réfléchi.



Mickael Lebreton.
La situation évolue : face au mécontentement, le ministère semble contraint de reculer partiellement. Vous pouvez en trouver la confirmation dans la presse syndicale :
Cles
Vous pouvez cliquer ci-dessous sur des adresses qui vous permettront de compléter votre information :
http://www.education.gouv.fr/cid56414/certificat-langue-exige-des-laureats-aux-concours.html


http://www.education.gouv.fr/cid55698/certificat-de-langue-exige-des-laureats-aux-concours-a-compter-de-la-session-2012.html

La question du  CLES 2


L'enseignement des langues à l'école primaire fait l'objet d'un consensus, mais les étudiants sortant du master ne seront pas à même de satisfaire aux exigences ministérielles.
Le CLES 2 suppose en effet un niveau équivalent au niveau B2 (niveaux communs européen de A1=débutant à C2="bilingue"), qui demande une réelle aisance  facilité pour comprendre et se faire comprendre dans une autre langue.
Beaucoup d'étudiants n'ont déjà pas de cours de langue à l'IUFM souvent parce qu'ils sont salariés. Pour ceux qui ont des cours, il s'avère que ceux-ci sont bien en deçà du niveau que le CLES2 exige, puisque les étudiants sont loin de tous avoir un cursus universitaire de langue.
Nous devons en fait rattraper le niveau des professeurs de langues du secondaire qui ne sont plus payés pour donner des cours à nos élèves de primaire, pour cause de restriction budgétaire . Le gouvernement ne propose pas non plus la solution solidaire qui consisterait à ce qu'un professeur habilité en langue puisse satisfaire les attentes de plusieurs classes d'une école primaire.


Où donc et quand passer le CLES2 ?
Nous devrions avoir dans les tous prochains jours une information complète sur ce CLES;  apparemment, nous pourrions passer la certification gratuitement au sein de l'UCP (Université de Cergy-Pontoise) avec même des épreuves d'anglais sur le site d'Etiolles. Cependant, pour l'allemand, l'espagnol ou tout autre langue , il faudra se rendre sur d'autres sites.
D'autre part, le décret
(http://www.certificationcles.fr/files/arrete_31_mai_2010_modifie_10_mai_2011.pdf, article 2)  précise que toute autre certification délivrée en France ou dans un autre Etat membre de l’Union européenne attestant du niveau B2 sera accepté.
Les titulaires d'un diplôme sanctionnant un cycle d’études postsecondaires d’au moins deux ans dans le domaine des langues étrangères sont quant à eux dispensés de produire l'une de ces certifications.
 
 Si vous souhaitez tenter votre chance pour 45 €, Marne-la-Vallée propose des sessions de certification :
- anglais : CLES 2 le 12 mai 2012 (fiche d'inscription à fournir avant le 5 mars)
                BULATS* le 31 mai 2012 (inscription avant le 3 mai)

- espagnol : BULATS* le 15 mars 2012 (inscription avant le 16 février)

- allemand : BULATS* le 8 décembre 2011 (inscription avant le 8 novembre)

Contactez-moi pour récupérer une fiche d'inscription : mickael_lebreton@hotmail.fr

Pour savoir quelles sont les certifications de langues qui seront acceptées, car jugées équivalentes au niveau CLES 2 :

Concours d'enseignants : le CLES 2 et le C2i2e sont sources d'inégalités !

Nous demandons un moratoire.

http://www.moratoireclesc2i.org/index.php?petition=4



Lebreton
La rémunération des stages est remise en question !
La rémunération des stage à été revu à la baisse (un peu plus d' 1/3 de ce qui était promis)et cela touche avant tout aujourd'hui les alternances M1 :

- un peu plus de 490 €  par mois (au mieux) , au lieu de 600 € chaque mois.

- 490 € pour 4 jours travaillés par mois; or, cela n'arrivera que 3 fois cette année…il y a des mois où les stagiaires ne travailleront qu'un seul lundi, ce qui sera bien loin d'être suffisant...
- un statut de vacataire bouche-trou et non de stagiaire rémunéré
- la suppresssion du salaire du mois de septembre.
- ce salaire ne sera pas compté pour la retraite.

Ce décret touche tous les stagiaires du primaire et du secondaire; par exemple les M2 seront moins payés pendant leur stage de responsabilité que les M2 de l'année dernière...(ne parlons même pas de l'avant-masterisation..).

En attendant de nous rassembler pour des négociations avec le Recteur, signons la pétition en ligne ci-dessous; une mobilisation efficace au centre d'Etiolles pourrait avoir un effet mobilisateur sur le reste de l'accadémie.
http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=M1Alt


Retour à Souvenir d'Etiolles

Retour à l'accueil