Etiolles en lutte


NOS ACTIONS 
Et ailleurs…?



Les réactions des élus      
Les réactions des syndicats

Etiolles dans les médias






Nous vivons à Etiolles  une histoire professionnelle douloureuse que je vous résume ici. La fermeture du centre, c'est d'abord :


Une Annonce
L’annonce est maintenant publique et officielle : la fermeture du site d'Etiolles est programmée pour septembre 2012.

Mme Moulin-Civil, présidente de l'Université de Cergy-Pontoise (UCP), a fait cette annonce aux personnels rassemblés, mardi 11 janvier.

— La Formation des Maîtres n’est plus l’apanage des IUFM académiques.

— La Formation des Maîtres sera répartie dans l’ensemble des universités de l’académie qui vont donc développer une offre de Masters.

— La mastérisation a entrainé une baisse préoccupante des effectifs partout, donc aussi à Etiolles.

— De nouvelles formations ont été ouvertes, sont à ajuster et déboucheront sur des offres de formation plus diversifiées (licence pro…).


•     Le schéma directeur immobilier montre que le ratio (22 000 €/étudiant) est élevé.

Ce qui nous est maintenant proposé :

    Pour les formateurs : - rester à l’UCP, travailler dans les autres sites de l’IUFM, notamment Antony, et aussi garder des contacts importants avec Evry où l’on peut continuer à travailler comme aujourd’hui (avec convention).

                                     - participer à l'ouverture du master à Evry, qui fonctionnera avec nos compétences de formateurs

    Pour les personnels non enseignants, la situation est plus préoccupante (certains sont contractuels). Quel accompagnement est envisagé ?

En résumé, environ 70 personnes sont concernées, dont 40 enseignants et 30 non enseignants – sans doute moins après les 7-8 départs de cette année et 4-5 de l’année prochaine.

                                     



Une Réaction
Celle de toute la communauté éducative d'Etiolles, d'abord assommée par la nouvelle, mais qui très vite a dit sa colère et sa volonté de se battre. En clair, après avoir été étourdis par l’annonce brutale de la fermeture du site, les personnels organisent la résistance, et prévoient des actions. Ils affirment la nécessité d’avoir du temps pour des solutions humaines et professionnelles.
Un comité de suivi des opérations va se constituer à Etiolles pour surveiller l'accompagnement des personnels dans un dispositif de mobilité et reclassement. L'ensemble des personnels se déclare attaché à une formation des enseignants de qualité à laquelle ils désirent continuer à contribuer. 
La manière de procéder est délirante et brutale : ce qu’on nous fait est extrêmement grave, car on touche à notre outil de travail, donc au présent, au futur et même à notre passé, car on nous signifie que nous n’avions pas à être là. Notre colère va jusqu'à l'indignation. En fait, il s’agit de la casse du service public, d’une politique délibérée, et il faut mesurer ce contre quoi on se bat. La LRU signifie clairement à présent la fin de la formation des maîtres, et il faut le faire savoir.

Un autre Argumentaire
Les arguments de Mme Moulin-Civil ne sont pas restés sans réponse :

— le conseil général avait fait savoir qu’il n’avait pas besoin du site avant 2014 et le laissait à la disposition de la formation des maîtres jusqu’en 2014.

— on nous avait laissé entendre qu’Evry pouvait tous nous intégrer : c’était un leurre; le transfert de postes ne se fait pas.

— le site d'Antony a pour le moment une durée de vie annoncée de 5 ans.

— il n’y a pas de problème pour garder les professeurs des écoles, à temps plein, voire dans certaines disciplines en service partagé au sein de l'UCP, s'ils ont une thèse - mais les autres ?

— au niveau d’une politique de service public, il est inenvisageable pour tout le monde que l’Essonne n’ait plus de formation des maîtres.
— des étudiants peuvent peut-être s’inscrire en M1 à Etiolles si on leur donne l’assurance qu’ils seront ensuite à Evry – par convention ?- ou Antony


— dans le cadre de la concurrence entre universités, quelle est la place d'Evry?

— il y a la FAD, mais il faut avoir le temps de se former. Il y a de nouvelles formations innovantes à dessiner… Et nous sommes attachés à une formation des enseignants de qualité à laquelle nous voulons continuer à contribuer.

— Il faut penser un pôle sud de formation dans l'Essonne (entente Orsay/Evry/Etiolles) car nous avons une expertise constituée.

•     Pour la question financière, il faut comparer les dépenses du site avec le  budget général énorme de l’UCP (on peut d'ailleurs faire des économies avec l’école annexe).

— en termes de souffrances humaines, il y a besoin de temps pour aller chercher les informations et s'organiser.

— que va coûter l’absence de formation des maîtres à la société ?

Des Projets de Lutte
1) Le moratoire :

La tentation a été immédiate de demander un sursis d’un an pour que les personnels puissent participer à plusieurs mouvements de mutation, et parce que des éléments d’appréciation nouveaux peuvent survenir.

Demander le moratoire jusqu’en 2013 ? Si après juin 2012, le gouvernement décide de revenir sur la réforme et que le site actuel est fermé et vendu, trouvera-t-on un site dans le 91 pour offrir une structure de proximité aux usagers de la FI et de la FC ? Une interrogation cependant : est-ce qu’il n’y aura pas plus de casse en 2013 ?

Pourra-t-on fonctionner d’ici là, avec peu d’étudiants et ceux des personnels qui restent et seront sans doute obligés de s’éparpiller dans de nombreuses tâches et de nombreux sites parce qu’il n’y aura pas assez d’heures sur Etiolles ? Quelques thèses se termineront. Mais des contrats à durée déterminée  se termineront aussi (Services Partagés).
Demander le moratoire jusqu’en 2014 ? - en exigeant des priorités pour les mouvements et la formation. Un an et demi, c’est très court. Mais peut-on tenir jusqu’à 2014 ? Dès 2011, il va y avoir des postes vacants ; mais les mesures de carte scolaire n’existent que pour l’année de fermeture. Et les autres personnels qui ne peuvent avoir la carte scolaire ? Détachement dans une collectivité territoriale ?


 

2) Un comité de pilotage est nécessaire.

— il ne va plus y avoir de système de formation des maîtres dans l’Essonne. Il est de la responsabilité de l’Université de trouver des postes et d’apporter son aide.

— une campagne de presse, pour que le sud de l’académie ne devienne pas un désert.

—Il faut faire des propositions construites à présenter, avec des échanges de compétences qui existent déjà.
— il faut alerter le Conseil Régional et le Conseil Général,  les politiques : faire le maximum pour que les politiques prennent la mesure de la gravité des questions posées.

— il faut aller voir  le président de l’université d’Evry.

 

3) Elargir la lutte :

Il faut chercher des alliances ; toute la fonction publique explose, et agir avec nous, c’est aussi se défendre : jouer les solidarités par rapport aux contradictions. Face à la restriction massive de la fonction publique,  il faut faire contre-poids et inventer des formations.

Militer pour l’axe sud : Evry-Etiolles-Antony-Orsay. Et ne pas s’arrêter à la formation des maîtres, mais penser animations, autres formations, propositions innovantes…






Des Revendications
Avec l'accord des personnels, Martine Cresta se propose d'écrire à JP Chevalier et F Germinet pour dire qu’un comité de suivi se constitue .
Il s’agira d’ assurer ce suivi, et de faire la transition, en espérant qu’Evry sera intégrée dans un PRES avec l’UCP. Il faut faire des propositions en ce sens, notamment pour le suivi des postes, le statut des PREC à l’université, et pour éviter l’éparpillement trop grand des services et la dilution, en sachant de manière précise quel est le nombre d’équivalents temps plein qu’on peut mettre à disposition dans les masters d’Evry ou d’ailleurs... On pourrait trouver un accord pour le M1 commencé à Etiolles, du moins en partie, puisque nous avons les locaux, et poursuivi avec un M2 à Evry, peut-être toujours à Etiolles …


On peut, on doit demander une gestion plus humaine. Selon le  rapport AES, au niveau politique, au niveau de l’Europe, notre master présente des défauts. Il va donc bouger et il faut du temps, par rapport à l’évolution, aux postes; il y a des problèmes personnels à prendre en compte.



Un Calendrier
— Martine Cresta demande à la direction l’autorisation d’aller voir la présidence d’Evry, pour essayer de voir ce qu’il en est de leur dotation, s’ils comptent ouvrir des postes…

— Fait-on une action auprès du Recteur, une lettre, une demande d’audience… pour lui rappeler qu’il s’était engagé à ce que l’intégration ne supprime pas la formation?

— Une procédure a déjà été organisée pour les personnels techniques, qui seront reçus par Lolita Bouillet pour être aidés dans leur recherche.

— Il y a aussi quelques possibilités de travail pour des formateurs à Antony (cf. Mise à plat des services – à venir).

— Il faudrait créer un blog d’Etiolles pour donner / diffuser les informations à tous, et éviter les dérives en mettant les documents officiels…

— Il faut mettre en place une réunion où l’on invite les politiques ensemble. Les médias ? Les autres sites (projet avec Antony)?

— Pour faire blocage et vraiment déranger : rétention des notes, bloquer l’entrée de l’IUFM.

Attention à ne pas prendre les étudiants en otage, mais monter en pression  et préparer une caisse de résonance.



Les informations qui
 précèdent sont toutes issues du compte-rendu de l'Assemblée Générale des personnels d'Etiolles du merdredi 19 janvier 2001
.

Certains d'entre vous ont déjà fait part de leurs regrets de ne pouvoir laisser de commentaires. Vous pouvez en tous cas envoyer un message à l'adresse suivante : fdm.91@orange.fr
Vous recevrez toujours une réponse.

Nous avons besoin aujourd'hui de l'aide de tous !



Sauvons la formation des maîtres dans le 91 !


Retour à l'accueil