NOS ACTIONS


Pour lire les comptes rendus dans l'ordre, il vous faudra  commencer par la fin de la page web.


RENCONTRE avec le vice-président de l'Université de Cergy-Pontoise, François Germinet, à Etiolles,  le 05 mai 2011.
Le bilan de cette rencontre a été rédigé par Michel Nouaille




Depuis janvier 2011, la position de l’UCP est en train de bouger !


1.    La position de l’UCP en janvier 2011 :

•     Annonce de la fermeture du site d’Etiolles en juin 2012.

•     Les étudiants iraient suivre leur formation dans les autres sites (dont celui de Gennevilliers qui va monter en puissance).

•     Les personnels auraient pour perspective :

— d’intervenir en fonction des besoins de l’UCP et de l’IUFM sur les autres sites (« mutation interne »).
— de demander leur mutation « externe ».

•   Mise en place d’un dispositif de suivi et d’accompagnement des personnels, en particulier pour les personnels administratifs et techniques, les plus fragilisés par la fermeture annoncée.

L’IUFM n’est plus l’IUFM de l’académie de Versailles (décision du Recteur), mais seulement l’IUFM de l’UCP et c’est toute l’UCP qui souhaite s’investir dans la formation des maîtres ; l’IUFM n’en aura plus l’exclusivité.

 
Suite aux diverses initiatives des personnels, des syndicats, s’effectue la construction d’une position partagée par les institutions et les politiques du département : l’offre de formation au master premier degré doit être assurée en Essonne.

1.    L’université d’Evry est une ressource à impliquer pour assurer cette position de principe.

2.    L’université d’Evry fait des propositions :

— signature d’une convention avec l’UCP afin de dispenser la formation master 1er degré dans le cadre de la co-habilitation déjà signée et en maintenant des liens fonctionnels avec l’IUFM de l’UCP.


— transfert de la masse salariale attribuée au master PE dispensé à Etiolles à Evry au 1er janvier 2013.

— ouverture effective de la formation à l’université d’Evry le 1er septembre 2013.

 

La position de l’UCP le 5 mai 2011 :

•     La direction de l’UCP n’est pas arrêtée sur la date de juin 2012 pour fermer le site d’Etiolles : la continuité de l’offre de formations au master premier degré doit être assurée dans le sud de l’Essonne.


•    
L’UCP souhaite conforter l’IUFM et donc ne souhaite pas contribuer à son démantèlement par la fermeture du site d’Etiolles.

•     L’UCP ne veut donc pas abandonner la formation aux métiers de l’enseignement dans le sud de l’académie et en particulier le sud de l’Essonne.

•     L’UCP souhaite donc négocier avec l’université d’Evry pour parvenir à une convention de coopération en appui sur la cohabilitation déjà signée et les conventions qui existent déjà entre les 2 universités, et qui aboutirait à la poursuite de la formation master/enseignement localisée à Evry.

   
 L’IUFM de l’UCP pourrait devenir un établissement inter universitaire.




•     Il y a poursuite du plan de suivi et d’accompagnement des personnels dans leur perspective de  mutation  « interne » et « externe » ; des solutions ont été trouvées pour quelques personnes.


. Une piste à explorer afin de conforter l’IUFM : identifier de nouveaux besoins en relation avec le Rectorat.




    Les 2 présidents des universités se rencontrent lundi 9 mai pour un premier contact.

 

Les personnels souhaitent être informés rapidement des suites qui seront données après cette reprise des relations, et être associés aux résultats espérés des négociations.

En plus de ces informations transmises, et d’échanges d’arguments,  les responsables de l’UCP ont été mis face aux inquiétudes, aux souffrances,  et à l’intense colère des personnels, suite à l’annonce du début janvier, et aux modalités de l’instruction de ce dossier.





La FSU a obtenu un rendez-vous pour le 04 mai avec Mme Moulin Civil, présidente de l'UCP, qui, à ce jour, n'a toujours pas répondu à l'invitation du personnel d'Etiolles, en date du 24 mars 2011.


RENCONTRE de la FSU et  du PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ D'EVRY le 28 MARS
Une délégation de la FSU départementale a rencontré le président de l’université d’Evry Val Essonne (EVE) lundi 28 mars de 9h30 à 11h.

Jean Christophe Manonviller et Michel Nouaille représentaient les personnels du site d’Etiolles aux côtés de MF Wingardt et de Alain Goiny (secrétaire départemental de la FSU). Le sigle EVE renvoie à l'Université d'Evry; le sigle UCP renvoie à l'Université de Cergy Pontoise.

 

Après avoir rappelé rapidement les principes qui fondent sa position (assurer la continuité territoriale dans le domaine de la formation aux métiers de l’enseignement, développer EVE dans les domaines de la santé et de l’éducation, principes déjà avancé lors de sa rencontre avec la délégation des personnels d’Etiolles), le président de l’université a insisté sur sa volonté d’aboutir rapidement à une décision commune UCP-EVE, puis à la signature d’une convention avec l’UCP et qui pourrait prendre effet :

- au 1er janvier 2013 en ce qui concerne le transfert financier (personnels, masse salariale).

- au 1er septembre 2013 en ce qui concerne l’accueil des formations du master sur le campus d’Evry (sans doute dans les locaux qui accueillent l’actuelle présidence) au sein d’une nouvelle UFR qui serait créé.

Cette convention entre l’UCP et EVE signée sous l’autorité du recteur, garantirait « le pilotage stratégique » du master par l’IUFM de l’UCP afin de ne pas couper les liens de l’UFR d’Evry avec l’IUFM de l’UCP. : (co-habilitation du master, liens fonctionnels pour les enseignants entre EVE et l’UCP, expérience accumulée, réseau…).

Dans la perspective de cette future convention inter universitaire, il est demandé d’identifier précisément les compétences et les désirs des personnels techniques et administratifs afin de préciser les possibilités de leur devenir au sein de EVE.

Le Président de l’université d’Evry se propose, pour faire avance le dossier, de rencontrer à nouveau la présidente de l’UCP après les congés de printemps.

Après plusieurs années de discussions avec ses différents partenaires institutionnels (UCP- IUFM, Conseil général, agglomération Evry), le Président Messina insiste pour un accord et une signature rapide sous peine de devoir abandonner ce projet d’intégration de la formation et des personnels du site d’Etiolles au sein de l’université d’Evry.





DEMANDE DE RENCONTRE AVEC LA PRÉSIDENTE DE L'UNIVERSITÉ DE CERGY PONTOISE,  en date du 24 MARS
Compte tenu de l'évolution de la situation, et à la suite de la rencontre avec le Président de l'Université d'Evry, le personnel d'Etiolles réuni en AG a décidé d'inviter Madame Moulin Civil à revenir préciser le projet de l'Université de Cergy Pontoise concernant la formation des maîtres. Nous attendons sa réponse.
Moulin




RENCONTRE AVEC LE PRÉSIDENT DE L'UNIVERSITÉ D'EVRY DU 4 MARS
Compte rendu de la rencontre Président de l’Université d’Evry – personnels du site IUFM d’Etiolles du 4 mars.

 

Cette rencontre a essentiellement permis au président de l’Université de nous donner sa position.

 

Depuis longtemps, l’Université d’Evry en relation avec l’agglomération d’Evry souhaite s’impliquer dans la politique de formation des enseignants. Il y a quelques années, un projet d’implantation de cette formation sur Evry avait été élaboré pour un montant de 40 millions d’euros, somme incompatible avec la situation actuelle. Depuis, le contexte a changé.


 R. Messina, insiste pour :

•     une adéquation entre territoire et carte des formations,

•     que le territoire du sud de l’Essonne existe aussi par l’offre de formation en direction des jeunes,

•     consolider les convergences territoriales et culturelles entre formation des enseignants et lieux d’exercice professionnel,

•     souligner que l’implantation sur Evry ne représentera pas un coût supplémentaire pour l’Etat (uniquement un transfert d’une université sur une autre),


•     rappeler que l’université d’Evry dispose et disposera de nombreux mètres carré de surface (15.000 m2) dans le cadre de son schéma directeur immobilier mis en œuvre avec la caisse des dépôts et consignations  :
—   7500 m2 en 2011
3000 m2 en 2013
 7500 m2 en 2014.

 

L’université d’Evry est donc à la recherche de nouveaux partenaires pour affirmer sa politique en particulier dans le domaine de la santé, de l’éducation. C’est dans ce cadre qu'elle souhaite proposer aux étudiants un master « métiers de l’enseignement premier degré » à savoir la maquette définie par l’UCP  et déjà co-habilitée.

 

Propositions de R. MESSINA :

•     le transfert de la formation et de la masse salariale, les personnels d’Etiolles (« l’outil de production ») sur l’université d’Evry.

•     L’UCP serait déchargée donc du coût de fonctionnement du master qui reviendrait  à Evry.

 

Le recteur est favorable au projet de l’université d’Evry afin de consolider la continuité territoriale.

 

L’université d’Evry , en relation avec l’agglomération et la ville 

•     assure les investissements (100 millions d’Euros prévus).

•     assure le fonctionnement (à Evry, cela coûtera moins cher qu’à Etiolles du fait de la nature des locaux).

 

Dès 2012 ou 2013 le transfert d’Etiolles sur Evry  peut avoir lieu avec :

•     création d’une UFR spécifique.

•     des bâtiments rue du Facteur Cheval , et à terme, un  bâtiment spécifique.

•     transfert de la masse salariale en janvier 2013.

 

« La conception et mise en œuvre de ce projet associant l’UCP et l’université d’Evry doivent se faire le plus rapidement possible. A Etiolles de préciser ses besoins immobiliers ».






REUNION PUBLIQUE DU 3 MARS 2011
A l’initiative des personnels du site d’Etiolles de l’IUFM de Versailles, de leurs syndicats, plusieurs dizaines de personnes (personnels, étudiants, anciens personnels), se sont réunis le jeudi 3 mars à 17h30 pour examiner le devenir du site, à la suite de la déclaration de la Présidente de l’UCP du 11 janvier dernier, annonçant son intention de le fermer à compter de la rentrée de septembre 2012.

Répondant à leur invitation, les élus suivants étaient présents :

Mme Marie Agnès LABARRE, sénatrice de l’Essonne.

M. Bernard VERA, sénateur de l’Essonne.

M. Manuel VALLS, député de l’Essonne, Président de l’agglomération Centre Essonne, maire d’Evry.

M. Francis CHOUAT, 1er vice-Président du Conseil général de l’Essonne.

Mme la représentante de Mme Françoise De SALVADOR, députée de l’Essonne.

Etaient également présents :

•     Mme Colette LECUYER, représentante de « Europe Ecologie ».

•     M. Pierre GOEME, représentant la FCPE de Corbeil-Essonnes.

•     Les représentants des syndicats suivants :

•     FSU

•     FO

•     SGEN CFDT

•     CFE-CGC

•     Sud Education

Lors de cette réunion :

M. Francis CHOUAT a confirmé que le Conseil général, contrairement à ce qui est parfois avancé, ne demandait pas le départ de l’IUFM du site d’Etiolles et a réaffirmé la volonté du Conseil général de voir perdurer l’existence dans le département de l’Essonne d’un site de formation des enseignants.

M. Manuel VALLS a confirmé que l’agglomération qu’il préside, et la ville d’Evry dont il est le maire sont tout à fait favorables à l’implantation sur le site universitaire d’Evry d’un master « éducation et formation » et que des dispositions ont été prises à cet effet.

M. Bernard VERA a informé qu’il avait posé une question à Mme la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et que celle-ci sera débattue en séance du sénat le 5 avril prochain.

Mme LECUYER a informé que Mme De SALVADOR a sollicité M George TRON, secrétaire d’Etat à la fonction publique afin qu’il alerte Mme la Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Après une analyse de la situation, un échange d’informations et de propositions, les participants demandent à l’unanimité le maintien d’un site universitaire en charge de la formation des enseignants dans le département de l’Essonne.

 Nous rappelons ici l'argumentaire des personnels d'Etiolles :

— la décision de fermeture, prise sans concertation préalable, aurait pour conséquence, si elle devait être confirmée, la disparition dans notre département de l’institution en charge de la formation des enseignants du premier degré et poserait de graves difficultés aux personnels, en particulier administratifs et techniques.

— elle éloignerait les étudiants de notre département et en particulier ceux du sud de l’Essonne d’un lieu de formation (déplacement, frais).

— elle priverait l’Inspection Académique et l’Education Nationale dans son ensemble d’un partenaire essentiel avec des conséquences très dommageables pour la formation continuée des enseignants, en particulier des professeurs des écoles (disparition dans le département des formateurs et du lieu), des conséquences pour la vie même de l’institution « Education nationale » dans le département de l’Essonne. Etiolles accueille chaque année de nombreuses réunions de l’Education Nationale (réunions institutionnelles, initiatives, colloques…).

— elle couperait les relations entre le département de l’Essonne et les étudiants se destinant à y devenir enseignant.

Cette perspective est une conséquence mécanique des réformes successives que les IUFM et les universités ont connues ces dernières années : intégration des IUFM à une université (Cergy Pontoise pour ce qui nous concerne), loi LRU qui place chaque université en situation d’autonomie et de concurrence avec les autres, la réforme dite de « mastérisation » qui dépossède l’IUFM de la responsabilité unique dans chaque académie de la formation des maîtres et permet à chaque université de proposer des masters « éducation et formation »…

Aujourd’hui Ecole interne de l’université, l’IUFM a perdu ces dernières années son autonomie ; elle pèse aujourd’hui de peu de poids au regard des objectifs de son université de rattachement. Du fait de la mise en place de la mastérisation, de la concurrence entre les universités, l’IUFM de Versailles a vu ses effectifs fondre en passant de 10.000 étudiants à moins de 2.000 aujourd’hui. A Etiolles, après avoir assuré la formation de PLC2 dans 8 disciplines, le site ne prépare plus qu’au seul master de professeur des écoles. Les contraintes de coût d’entretien nous sont aujourd’hui présentées comme excessives pour notre université.

Diminution des effectifs en formation initiale, diminution du nombre de stages en formation continuée, dénaturation des relations entre l’IUFM et l’inspection Académique, disparition des activités du SUAPS, de la chorale, du théâtre, les dégâts occasionnés la politique du gouvernement ces dernières années sont nombreuses et affectent l’identité et la cohésion d’un pan entier de l’Education nationale.

Et pourtant, le département de l’Essonne est un département à la population en accroissement,  qui compte 15.000 enseignants dont 7.800 dans le premier degré; c'est le 10e de France en terme de population et cette population est particulièrement jeune. Les besoins en formation initiale et continuée y sont importants.

— de plus, des dizaines de personnels enseignants, administratifs et techniques  se retrouvent devant un devenir professionnel très préoccupant.
Rejoindre un autre site de l’université de Cergy Pontoise, dans le cas où des besoins existeraient, demanderait soit un déménagement personnel soit des déplacements quotidiens particulièrement longs, et coûteux.Et à 18 mois de l’échéance annoncée, ces personnels ne peuvent plus participer qu’à un seul mouvement avec toutes les incertitudes inhérentes à cette procédure, et un nombre de postes susceptible d’être vacants extrêmement faible. La situation est particulièrement inquiétante pour nos collègues administratifs et techniques.Les syndicats sont sollicités pour que soient traités au mieux des intérêts matériels et moraux, le cas de chacun.

Devant cette perspective :

les personnels d'Etiolles se tournent  vers le Conseil général de l’Essonne afin qu’il pèse de tout son poids pour que :

•     soit maintenu dans le département une institution de formation aux métiers d’enseignant et en particulier de professeur des écoles. Il en va de l’intérêt des étudiants, des personnels, mais plus généralement du département de l’Essonne afin que ne soit pas coupé les relations entre les futurs enseignants et les réalités du département.

•    pour que si l’UCP devait confirmer son intention, l’université d’Evry (située à quelques kilomètres du site d’Etiolles) décide de mettre en œuvre un master afin que le relais et la continuité soient assurés avec l’UCP. Un grand nombre d’enseignants du site assurent déjà des formations dans le cadre d’une convention avec l’université. 

— d'autre part, les personnels ont décidé d’informer très largement tous les acteurs et partenaires de l’Education nationale (en particulier les élus départementaux et nationaux) pour les alerter sur les conséquences d’une telle décision, en particulier en terme de politique de territoire…ce qui n’est évidemment pas le souci, ni la fonction de notre université de rattachement.

A ce jour, notre revendication est d’obtenir le maintien du site d’Etiolles, tant qu’une autre institution n’aura pas pris le relais et ce afin d’assurer la continuité en terme de formation sur le département de l’Essonne.

 

Nous rencontrons demain le Président de l’université d’Evry.







Lettre aux élus et responsables éducatifs de l'Essonne

Comité de Défense de la Formation Des Enseignants De l’Essonne (CDF-DEDE)

IUFM Site Étiolles –Domaine du Saulchoir, 91450 Étiolles


A Monsieur et Madame les Ministres, maires de l’Essonne,

A Messieurs et Mesdames les Députés de l’Essonne,

A Messieurs et Mesdames les Conseillers Généraux de l’Essonne,

A Messieurs et Mesdames les sénateurs de l’Essonne,

A messieurs et Mesdames les Conseillers Régionaux de l’Essonne,

Aux organisations syndicales,

Aux fédérations de parents d’élèves,

A Monsieur l’Inspecteur d’Académie,

A Messieurs et Mesdames les Inspecteurs de l’Education Nationale,

A Messieurs et Mesdames les directeurs d’écoles, Principaux de Collèges et Proviseurs de Lycées,

A Messieurs les Présidents d’Université d’Orsay et d’Evry,

A la presse écrite et audiovisuelle,


                       

Nous vous informons par la présente pétition de la disparition annoncée dès 2012 de  notre site départemental de formation des Enseignants.

Alors que notre département compte un corps enseignant très jeune et donc fort inexpérimenté (près de 15000 postes dont 7800 dans le premier degré) et que la rentrée 2011 s’annonce déjà déficitaire en personnel (réforme des retraites conduisant à des centaines de départs anticipés cumulée à des abandons des Nouveaux Professeurs stagiaires), la Présidente de l’Université de Cergy Pontoise auquel est rattaché le site d’Etiolles a annoncé sa décision de fermeture de notre site départemental.

Plus de locaux, plus de formateurs du supérieur, plus de lieux de réflexion et de recherche départementale.

Cette situation ne peut que conduire à une dégradation rapide et extrême  du système d’éducation de notre département.

Pour en discuter, échanger et surtout trouver des solutions partagées, nous vous prions de bien vouloir participer d’une façon ou d’une autre à la rencontre qu’organise notre comité le

JEUDI 3 MARS

A 17H 30

SALLE A001

IUFM ETIOLLES

Comptant sur votre expression rapide et votre présence, veuillez agréer l’expression de nos salutations résistantes.





Assemblée générale du mardi 25 janvier : le compte-rendu a été rédigé par Anne Coulon
P Leterme  se met à disposition du comité pour nouer  des contacts avec les élus et des rendez vous ou diffusion d’informations à la presse.
De son côté Jean Lecleach a pris contact avec F Chouat qui propose également un rendez vous en vue d’une déclaration du Conseil Général visant à rendre public la validité du contrat de mise à disposition de nos locaux à l’UCP tant que l’Education nationale en aura besoin pour former des futurs enseignants. Donc pour F Chouat, aucune  demande de restitution ou pression du Conseil Général vis-à-vis de l’UCP n'a lieu à ce jour.
De son côté Michel Nouaille a demandé à M Rauze , Conseiller Général chargée des collèges de lister les postes vacants pour les agents de service sur les différents collèges du département. Cela semble tout à fait possible.
Tout le monde s'accorde sur la nécessité de rencontrer R Messina, président de l’Université et également Conseiller général. En effet, compte tenu des évolutions actuelles, la seule issue à toute formation de proximité, c’est Evry.
Martine Meskel-Cresta a alerté le conseil de direction lors de la réunion du 20 janvier de notre décision de créer un comité de défense de la formation des enseignants, du site et des personnels en poste.  Les membres du conseil se sont montrés attachés à la prise en compte de nos problèmes et une demande d’entrevue a été demandé à Madame Moulin Civil afin d’obtenir des précisions et des détails, notamment sur les courriers ou positions de l’Université d’Evry ainsi que sur ceux du conseil général car ce sont des arguments qui méritent d’être revisités et croisés. Il semble qu’il y ait des discours contradictoires.
D’autre part, il est indispensable de préserver notre avenir et nos revenus, ce qui pose la question des revendications en matière de priorité (carte scolaire), de bonification d’indice ou de barème afin  de compenser le retard de carrière et autres préjudices subis par un certain nombre d’entre nous. Par ailleurs, envisager les VAE que nous demandons afin de permettre à chacun de poursuivre des projets professionnels impossibles sans ces VAE .
Martine MC  propose que nous invitions à ce sujet Monsieur Germinet.
Francine B rappelle le rendez vous attendu par le SGEN, et Anne signale que la FSU est sollicitée pour nous tenir au fait de ses positions et de ses interventions (plusieurs rencontres entre la FSU et M. Messina ont déjà eu lieu). 
Il est proposé une coordination pour organiser un peu la mise en œuvre d’idées qui doivent prendre corps.

Rendez vous et initiatives :
— Un premier rendez-vous est pris avec Thierry Mandon conseiller Général PS jeudi soir, 19h . Qui peut y aller porteur du texte proposé par Serge Puechberty ?
— Anne Coulon commencera une permanence dans le bureau C01 vendredi de 12h15 à 13h30 et la tiendra jusqu’au mardi midi inclus. Bienvenue à ceux qui veulent aider à « organiser » l’activité de ce comité de défense

PROCHAINE REUNION COLLECTIVE : jeudi 3 février 12h -13h30 salle des professeurs


Bien cordialement à tous
Anne COULON



Sauvons la formation des maîtres dans le 91 !

Retour à la page Etiolles en lutte
Retour à l'accueil