C'est bien sûr le hasard si Patrick Leterme s'en va au moment même où ferme notre établissement. Et en même temps… c'est encore un peu de l'Ecole Normale qui s'en va, son côté hors normes, inventif, hors des clous, hénaurme…tel un peintre de la Renaissance, Patrick a fait réaliser à ses étudiants toutes les fresques de notre établissement. La légende veut qu'il ait bénéficié pour cela d'une tolérance désormais révolue à un taux important de pertes humaines ! Cela valait bien un hommage.
Je n'oublie pas l'homme, non plus, avec qui le clash était fréquent, mais aussi les grands moments de rigolade et de complicité. Le commensal si agréable, avec son immense culture, ses analyses politiques, que je partageais rarement, ses aperçus philosophiques, que je ne partageais jamais…ses compliments plus dignes du Vert galant que de l'Hôtel de Rambouillet — et sa chaleur humaine qui le faisait trouver en chacun de nous à tour de rôle un être d'exception doublé d'un génie…Pour reprendre une de ses formules, je lui redis ici une dernière fois : "Princesse, tu vas bien nous manquer !".



Je n'aimais pas beaucoup travailler par là; une vague odeur de formol, le froid des paillasses, et on tombait facilement sur un squelette ou sur un élevage de bestioles répugnantes. Les frelons semblaient d'ailleurs adorer l'endroit. Il y avait aussi les piliers, au beau milieu des salles de classe ! J'ai fini donc par passer là en coup de vent, sans regarder les murs. Et pourtant, ils valaient drôlement la peine, les murs !
Le couloir des sciences
Saulchoir Etiolles IUFM Monastère dominicain






Pendant toutes ces années, nous avons vu la lumière dans l'établissement à travers les vitraux de Patrick et de ses étudiants. Lyrique, j'ai expliqué à la soirée d'adieu que j'avais choisi la musique (Musique arabo andalouse, Atrium Musicae de Madrid sous la direction de Gregorio Paniagua) en souvenir du Temps des Cathédrales de Duby, où cette musique accompagnait l'images de vitraux d'églises et de mosquée, où l'on voyait à travers, au loin, la forêt…
Réaction poétique de l'intéressé (à lire avec l'accent de Bordeaux) : "Putain ! Pas mes vitraux ! Je voulais juste montrer aux étudiants qu'ils pouvaient faire vite quelque chose avec de la gouache, et que comme ça se laisse gratter, il ne se feraient pas engueuler dans les écoles par la femme de ménage !"
Je persiste à penser que c'est moi qui ai raison !
Vitres et vitraux
Saulchoir Etiolles IUFM Monastère dominicain



 ……………    et tout le reste ! Comme j'ai eu l'honneur de le lui dire à la soirée d'adieux, Patrick avait laissé ses empreintes partout dans l'établissement, et pas seulement des brûlures de cigarettes, dont il était un consommateur insatiable…. Sur une musique de Stravinsky, Ebony Concerto sous la direction de Benny Goodman.
Fresques et dessins
Saulchoir Etiolles IUFM Monastère dominicain