Revécy venir du printans…
All




Là, on peut dire que Valérie s'est défoncée…et elle a réussi à capter la seule journée de lumière d'un printemps pourri ! la nature, autour de notre établissement, est à couper le souffle. J'ai choisi pour l'accompagner la célèbre chanson du protestant Claude Le Jeune, sur des paroles de Jean-Antoine de Baïf, si belles, que je les reproduis ici :


Refrain: Revecy venir du Printans.

L'amoureuz' et belle saizon.

Le courant des eaus recherchant,
Le canal d'été s'éclaircît:
Et la mer calme de ces flots,
Amolit le triste courrous:
Le Canard s'égay' se plonjant,
Et se lave coint dedans l'eau
Et la grû' qui fourche son vol,
Retraverse l'air et s'en va.

(Refrain)

Le Soleil éclaire luizant,
D'une plus sereine clairté:
Du nuage l'ombre s'enfuit,
Qui se ioû' et court et noircît
Et foretz et champs et coutaus,
Le labeur humain reverdît,
Et la prê' decouvre ses fleurs.

(Refrain)

De Venus le filz cupidon,
L'univers semant de ses trais,
De sa flamme va réchaufér.
Animaus, qui volet en l'air,
Animaus, qui rampet au chams
Animaus, qui naget auz eaus.
Ce qui mesmement ne sent pas,
Amoureux se fond de plaizir.

(Refrain)

Rion aussi nous: et cherchon
Les ébas et ieus du Printans
Toute chose rit de plaizir:
Sélebron la gaye saizon,

(Refrain)


Une chanson de la Renaissance, parce que c'est le printemps de l'esprit humain. C'est aussi une des chansons préférées de mon homme.



Retour à Souvenir d'Etiolles

Retour à l'accueil