Notre Patrick Leterme occupait l'espace, partout où il se trouvait…A Etiolles, où la place ne manquait pas, il annexait ainsi le couloir aussi bien que son immense salle.
Pour le couloir, j'ai trouvé une chanson qui lui va parfaitement, Le Vent, de Brassens, pour les sérigraphies de la dernière année. Et pour sa salle, magnifique, j'ai déniché une antiquaille qu'il a immédiatement décodée, la musique de Georges Auric, pour le Mystère Picasso d'Henri Georges Clouzot. On entend dire ici par Pablo Picasso en personne : "Eh bien, c'est fini !". Et comme Etiolles, les oeuvres représentées dans le documentaire ont été détruites, et n'existent plus que par le film.




Le mystère Leterme
Saulchoir Etiolles IUFM Monastère dominicain